Les aires marines protégées

La plupart des scientifiques et des organismes internationaux impliqués dans la gestion et la conservation des océans considèrent qu'il faudrait protéger 10% du milieu marin mondial pour assurer sa conservation. Avec 0,16 % du domaine maritime national protégé, la France souhaite combler son retard et respecter ses engagements internationaux avec la création le 14 avril 2006 de l’Agence des Aires Marines Protégées. Cette volonté a été prolongée par un volet mer important lors du Grenelle de l’Environnement en 2007 puis par le lancement du Grenelle de la Mer en 2009.

En France, les initiatives de protection du milieu marin, par la mise en place d’Aires Marines Protégées, y ont été pionnières avec :
  • Le Parc National de Port-Cros (83),
  • Le Parc Marin de la Côte Bleue (13),
  • La Réserve Naturelle de Cerbère-Banyuls (66),
  • Le Parc Marin International des Bouches de Bonifacio (2A),
  • La Réserve Naturelle de Scandola (2B).
  • Et depuis 2008, l’extension en mer du réseau des sites Natura 2000.
Les A.M.P. ont un objectif de protection du milieu, la plupart du temps associé à un objectif local de développement économique ou une gestion durable des ressources. L’expérience montre que les A.M.P. ont un effet d’enrichissement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de leurs limites.

À l’approche d’une A.M.P., il est important d’être vigilant aux règles d’usages des sites. À noter que ces zones sont clairement identifiées sur les cartes (SHOM).